Abelia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Abelia

Message par Osiris le Ven 18 Avr 2008 - 18:23

Bonsoir et bienvenue abélia,

pour ton premier perso tu trouveras une liste succinte de clans dans le lien "contexte ", puis "la société de la nuit".

tu as le choix entre les clans nobles et les bas-clans . les clans pouvants être pris sont : brujah, cappadocien, lasombra,
toréador, ventru, assamite, disciple de seth, gangrel, nosferatu.

tous ces clans peuvent être trouvés au moyen-orient. les tzimisce et les tremere, en revanche, ne sont pas originaires d'afrique, étants des clans exclusivements
européens. si tu désire prendre l'un de ces deux clans, tu auras voyagé pour des raisons obscures pour te rendre jusqu'à Damas. les malkaviens et les ravnos ne peuvent être pris pour cette chronique...

à noter que comme nous jouons dans une chronique principalement située en égypte, bien que le départ se passe à Damas, en syrie, deux des clans présentés
deviennent des clans nobles : les disciples de seth et les assamites. ces deux clans ne sont donc plus considérés comme des bas-clans mais comme des clans
à part entière. à noter qu'au moyen-orient il n'ya pas vraiment de jugement sur la qualité des clans. cependant les assamites et les disciples de seth
sont les clans les plus fréquemments rencontrés.

à Damas, le départ de la chronique, le clan princier est celui des toréadors. il s'agit d'une ville magnifique par son style d'art, par sa richesse et par
son ancienneté (ses origines remontent bien avant l'époque héléniste, bien avant l'empire grec).

donc dans ton prochain post, dis-moi quel clan tu voudrais pour ton personnage.
avatar
Osiris

Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 12/04/2008

Feuille de personnage
Nom du personnage: Osiris
Race: Divine
Carrière actuelle: Maitre du jeu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Abelia

Message par Invité le Sam 19 Avr 2008 - 14:29

Bonjour Osiris,

Alors j'ai pris connaissance des différents clans existants et après mûres réflexions je choisis d'appartenir au clan des Cappadociens

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Abelia

Message par Osiris le Dim 20 Avr 2008 - 1:08

Qabilat al-Mawt





Les Caïnites ne sont plus vivants, mais pas tout à fait morts non plus. Les membres de ce bay’t comprennent la différence et cherchent les secrets de la mort et de la putréfaction. Ce n’est qu’à la fin que la vérité se révèle, disent’ils, et le Moyen-Orient exerce une grande fascination sur le Qabilat al-Mawt (littéralement, le ”Clan de la Mort”). Des visions de l’audelà dans la mythologie égyptienne aux nouvelles révélations du Qur’ân, la région est riche de pistes potentielles pour le bay’t dans sa quête d’une plus grande compréhension des secrets de la vie, la mort et l’au-delà. L’interaction entre les peuples arabophones de la région a créé un phénoménal réseau de recherche. La science islamique, construite sur les fondations des connaissances grecques, perses et indiennes, est parmi les meilleures au monde. Le savoir proposé par les centres d’apprentissage et les bibliothèques du monde musulman est une manne constante pour le bay’t.



Le respect de la culture musulmane pour les morts et à la fois un plus et un handicap pour ces vampires. Les cimetières élaborés, avec leurs tombes impressionnantes et les édifices qui les jouxtent font des lieux de refuge et de recherche idéaux. La pratique courante, dans certaines régions, d’utiliser les cadavres pour les recherches médicales est un autre atout. Toutefois, chez certains peuples, les cadavres sont considérés comme sacrés. Si les abus subis par le cadavre au cours des recherches étaient découverts, un membre du Qabilat al-Mawt pourrait être puni par les mortels comme par les Ashirra, écoeurés par la profanation du corps.



Un grand nombre de membres du bay’t sont installés dans et autour de l’Asie Mineure, où ils ont établi des refuges éloignés dans l’espoir d’expérimenter sur les cadavres particulièrement intéressant sans risquer se faire repérer. Les sujets de recherche de ces postes avancés sont souvent pris à des tribus nomades, grâce à leur habitude d’enterrer leurs morts dans des tombes peu profondes et, par là même, faciles à piller.



D’après certains anciens, le fondateur du clan — connu sous le nom de Cappadocius chez les Franj et Abu Lazar pour les Caïnites musulmans - cherche à diableriser Dieu et prendre sa place en tant que seigneur des cieux. Ce n’est pas un plan que le bay’t révèle au grand jour. Les membres du clan qui s’associent aux Ashirra, car très peu peuvent véritablement être appelés des membres, gardent cette légende aussi secrète que possible. Quelques membres du Qabilat al-Mawt qui ont adopté la foi islamique s’opposent activement à ce plan. Mais dans l’ensemble, le bay’t considère l’Islam comme toutes les autres religions du monde : une source potentielle d’informations. Rares sont les Qabilat al-Mawt qui croient réellement aux enseignements de Muhammad, bien que - pour accéder à sa sagesse - beaucoup prétendre le faire. Quelques membres du bay’t dans la région sont de véritables Chrétiens, mais ils sont bien moins nombreux que les Musulmans.



L’Egypte reste la région du monde islamique où le bay’t aimerait s’implanter, mais qui lui a toujours échappé. L’ancienne fascination égyptienne pour la mort et l’au-delà est désespérément intrigante pour les érudits du bay’t. Toutefois, les Walid Seth, pour l’instant, ont empêché toute tentative d’accéder aux tombeaux et aux archives de la région. Les Serpents paraissent prendre un réel plaisir à découvrir les désirs cachés des Qabilat al-Mawt pour mieux les inciter à servir Seth. Plus d’un membre du bay’t a fini par suivre la Tariq el-Hayya, la Voie du Serpent.



Surnom : Pilleurs de tombes



Apparence : Puisque tant de membres du Qabilat al-Mawt étaient fascinés par la mort avant de rejoindre les sans amour, il n’est pas étonnant que leur tenue soit funéraire. Des robes sombres et très larges sont les plus courantes. La faiblesse du bay’t tend à se manifester sous forme d’une apparence desséchée, presque momifiée, au fil des ans. On ne peut manquer de reconnaître un ancien du clan comme une chose morte depuis longtemps. Certains choisissent de porter des masques, mais la plupart adoptent plutôt la coiffe traditionnelle des Bédouins.



Refuge et Proie : Les cités musulmanes comportent de grands cimetières avec de grandes installations d’intendance, comme des hôpitaux, des bibliothèques, des hôtels et des cuisines. Beaucoup de Qabilat al-Mawt y établissent leur refuge, se nourrissant discrètement des visiteurs qui y viennent. D’autres se terrent dans des cavernes au cœur des montagnes, n’émergeant que pour se nourrir et trouver de nouveaux sujets de recherche.



L’Étreinte : Les candidats à l’Etreinte sont normalement choisis parmi ceux qui ont déjà une fascination pour la mort, comme ceux qui préparent les corps pour les enterrements, les chercheurs médicaux et les tueurs. Toutefois, les étudiants doués pour la recherche sont une ressource utile pour le bay’t si leurs compétences peuvent être orientées dans la bonne direction. Une obsession pour la mort et ce qui suit est la seule réelle qualification nécessaire pour rejoindre le bay’t.







Questions :



Comment était ta vie mortelle 1 Le joueur doit penser à la vie de son personnage. Etait-il riche ou pauvre, pieux ou paillard, violent ou timide ? Une fois morts, les vampires sont des créatures statiques qui trouvent le changement difficile. Ses années mortelles sont donc celles où s’établit sa personnalité. Même si l’Étreinte l’a changé radicalement, ces changements dépendent de ce qu’il était avant sa mort.



Vous cherchez ici des scènes de la vie quotidienne pour établir une base, une ”mesure” de ce qu’était la vie du personnage avant qu’elle ne s’achève. Même une simple scène décrivant la moisson d’une récolte ou les difficultés de la guerre suffit au joueur pour mieux comprendre la vie de son personnage.



Indications : les cappadociens ont des affinités avec les mortels qui fréquentent la mort de près. Les candidats à l’Etreinte sont normalement choisis parmi ceux qui ont déjà une fascination pour la mort, comme ceux qui préparent les corps pour les enterrements, les chercheurs médicaux et les tueurs. Toutefois, les étudiants doués pour la recherche sont une ressource utile pour le bay’t si leurs compétences peuvent être orientées dans la bonne direction. Une obsession pour la mort et ce qui suit est la seule réelle qualification nécessaire pour rejoindre le bay’t.



Quand as-tu rencontré un Caïnite pour la première fois ? Certains personnages n’ont pas eu conscience du surnaturel avant qu’un vampire affamé ne soit sorti de l’ombre pour les mordre profondément. D’autres sont terrorisés ou séduits avant l’Étreinte. Comment le fait de comprendre qu’il existe un monde autre que le monde naturel a-t-il affecté le personnage-joueur ? Cela a-t-il brisé sa foi en Dieu ou renforcée ?



Cette scène est très importante. Le personnage était-il horrifié ou ravi ? Son premier meurtre a-t-il été une expérience joyeuse ou écœurante ? Le personnage s’est-il senti abandonné par Dieu, accueilli dans une communauté de monstres ou ses sentiments ont-ils été bien différents ?



Indications : les futurs vampires cappadociens (Qabilat al-Mawt en arabe) ont déjà l’habitude de fréquenter les morts, mais la réaction qu’un mortel peut avoir en apprenant l’existence des non-morts peut être perturbante. Les mortels qui ont été choisit par les Qabilat al-Mawt sont cependant moins surpris que les autres humains, ayant eu une longue fréquentation du funeste.



Je me tiens à ta disposition pour toutes questions, n’hésite pas à m’envoyer un mp si tu veux des points d’éclaircissements.



Que la nuit soit avec toi



osiris
avatar
Osiris

Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 12/04/2008

Feuille de personnage
Nom du personnage: Osiris
Race: Divine
Carrière actuelle: Maitre du jeu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Abelia

Message par Invité le Lun 21 Avr 2008 - 11:55

Au coeur de la nuit fraîche, que la lueur lunaire nimbait de ses merveilleux rayons argentés, se dessinait dans l'ombre de l'hôpital, une silhouette adossée au mur d'enceinte, bras croisés sous sa poitrine. Abandonnant sa position, voilà l'Inconnue qui avance de quelques pas passant de l'Ombre à la Lumière, dévoilant un visage aux traits fins et une longue chevelure aux reflets cuivrés, teinte atypique en ces Terres désertiques. Que faisait donc ici, en pleine nuit, une aussi charmante créature? Son histoire là voici.

Le prénom de la Belle est Abelia, son âge? Elle même l'a oublié, elle se souvient juste, un souvenir lointain, qu'elle avait à l'époque des faits 21 ans. Elle était issue d'un milieu modeste. Au moment de son mariage la mère de la jeune fille était déjà enceinte d'elle. Celle ci avait eu une liaison avec un petit noble du Royaume Uni, originaire des terres d'Ecosse, une des raisons qui explique la chevelure cuivrée de la jeune fille et la teinte de ses merveilleuses iris de jade. Le père d'Abelia était rentré dans son pays sans avoir connaissance de l'état de son amante, qui épousa peu de temps après un marchand.

A la naissance de la petite fille, celui ci l'avait tout de suite regnié. Bien que lui ayant donné son nom, il ne parvenait pas à aimer la gamine, refusant toutefois de la séparer de sa mère qui la chérissait comme son plus merveilleux trésor. En grandissant Abelia avait été mis en marge de la société, sujette aux brimades des autres. Elle n'avait toutefois pas cédé à la haine, la raison étant que sa mère prodiguait des soins et qu'elle enseignait à l'enfant l'Art de guérir, celle ci se révélant être une merveilleuse apprentie.

C'est ainsi qu'elle avait fait SA connaissance. Il était médecin ou plutôt légiste. Sa mère avait eu à soigner un patient qui malheureusement n'avait pas survécu. On avait fait appel à lui afin de déterminer l'origine du décès. L'adolescente, alors âgée de 17ans, lui avait fait part des soins qu'elle et sa mère avait tenté de prodiguer au mourant, sans résultat. Il avait tout de suite remarqué cette vivacité d'esprit qui caractérisait Abelia et il ne tarda guère à la prendre sous son aile, lui enseignant pendant 4 années tout ce qu'elle avait à savoir. La vue du sang, des cadavres n'effrayaient guère la jeune fille, qui buvait avec plaisir chaques paroles, chaques explications de son mentor.

Plus le temps passait, plus Aïssar, tel était le nom de l'être, trouvait sa protégée merveilleuse et brillante, se refusant à laisser partir pareil trésor. Aussi c'est le jour de son vingt et unième anniversaire que l'être de la nuit se décide à passer à l'action. Assis à son bureau, il avait convoqué la Douce et lui dit:


- Ma chère Abelia, je suis fier de toi, tu as appris tout ce que tu avais à savoir. Je sais qu'aujourd'hui est pour toi un jour spécial, qu'il s'agit de ton anniversaire. Je suis désolé mais avec tout ce travail, je n'ai guère eu le temps de t'acheter un cadeau aussi vais-je t'en offrir un des plus exceptionnel. Ma belle, à partir d'aujourd'hui tu ne connaitras pas les affres de la vieillesse, ni nulle maladie car mon présent est le suivant: je t'offre la Vie Eternelle.

Avant qu'elle ne puisse proférer la moindre remarque, celui ci s'était retrouvé en face d'elle, sans qu'elle n'ait pu détecter le moindre mouvement, et déjà les crocs de son Maître s'enfoncaient dans la chair tendre et délicate de son cou, arrachant un hoquet de surprise à la jeune fille qui sentira la vie s'échapper de son corps sans qu'elle ne puisse faire le moindre geste. Restant alanguie dans les bras d'Aïssar, la voilà qui ferme les yeux prête à rendre l'âme. Mais le poignet ensanglanté du mentor se pose sur les lèvres de le jeune fille qui sentira un goût de fer remplir sa bouche... le sang de son mentor. Rouvrant les yeux, elle posera ses merveilleuses prunelles émeraudes sur lui, alors qu'il lui tendait la main pour l'aider à se redresser. Une fois celà fait, il passera le bout de sa langue sur sa peau nacrée, refermant de ce fait la plaie.

C'est ainsi que se déroula son Empreinte. Elle ne se plaignait guère de son sort. Depuis elle se vouait à la recherche, cherchant dans la mort la paix de l'âme. Ses "proies", elle les choississait parmis les malades au seuil de la mort, apaisant l'agonie de ceux ci, leur apportant la paix.

Telle était l'histoire d'Abélia, vampire appartenant à un clan des plus nobles: les Cappadociens. La tête levée vers le ciel nocturne, elle est interrompue dans ses souvenirs lorsqu'une main se pose sur son épaule, une main qu'elle connaissait si bien, celle d'Aïssar, qui la tourne doucement vers lui pour la prendre dans ses bras, laissant ses mains effleurer ses cheveux, jouant avec une mèche.


- Il y a une urgence, un patient en fin de vie, tu devrais y aller pour apaiser ses souffrances ma Belle.

Un baiser sur sa nuque et le voilà qui l'entraîne à l'intérieur de la bâtisse afin qu'elle accomplisse son méfait.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prélude dernière partie

Message par Osiris le Mar 22 Avr 2008 - 14:02

bonjour abélia,

félicitation pour tton prélude, je te donne la suite.

le père qui a étreint ton personnage (qui l’a transformé en vampire) a souhaité te faire don de l’éternité afin que tu puisses poursuivre tes expériences macabres à jamais. De ce fait, il t’a fait don de son sang, et te donne accès à des pouvoirs surnaturels qui vont te permettre d’approcher de plus près la mort. les Qabilat al-Mawt ont accès à de nombreux rituels macabres pouvant être perçus par les autres vampires comme de la sorcellerie. Les relations entre père et infant chez les vampires du clan Qabilat al-Mawt peuvent être comparés à celles entre professeurs et étudiants.




Que penses-tu des mortels 1 La réponse du joueur à cette question est déterminée, jusqu’à un certain point par la Voie de son personnage. Les humains sont-ils des proies ? Veut-il se venger d’eux ou sont-ce simplement des êtres inférieurs, des instruments utiles ou, au mieux, des animaux capables ? Les Caïnites du Moyen Âge ont peu d’opportunités d’interagir avec les mortels, il faut donc réfléchir soigneusement à cette question.

Une scène qui illustre bien cette question est celle d’un repas, peut-être même du premier du vampire. Traque-t-il sa proie pour savourer sa peur ou frappe-t-il rapidement et proprement, pour minimiser les souffrances de sa victime ? La victime demeure-t-elle vivante ou estelle asséchée jusqu’à la mort ?

Indications : les cappadociens ne fréquentent que très rarement les vivants. Pour eux, le grand mystère se trouve dans la mort, et les humains sont au mieux des sujets d’expériences, au pire des proies futiles ou des fauteurs de troubles à éliminer. Certains cappadociens en sont même arrivés à se nourrir uniquement sur les morts. Aucun vampire ne pourrait tenir plusieurs nuits avec du sang si glacé et si dénué de saveur, mais chez certains cappadociens, cette subsistance est largement suffisante.



Comment te perçois-tu ? Demandez au joueur si son personnage se voit comme un monstre. Quelles que soient la manière dont s’est produite l’Étreinte et la Voie qu’il a choisie, la nuit où il est mort l’a changé à jamais. Il n’est plus un être vivant, mais un cadavre animé, impérissable et (physiquement) incorruptible tant qu’il boit le sang des vivants. Ou at-il ressenti la main de Dieu le charger d’une mission sacrée ?

Une scène adéquate pour cela est celle où le personnage choisit une Voie ou connaît une épiphanie. Vous devriez demander au joueur d’expliquer pourquoi le personnage a choisi telles croyances. Si vous ne voulez pas utiliser la Voie du personnage, tentez une scène où le personnage doit faire un choix qui révèle quelque chose sur lui, comme de permettre à un innocent d’échapper à un terrible destin, ou non.

Indications : ton personnage abelia a choisit d’œuvrer pour le salut de son âme. Pour cela, elle aspire ardemment à percer le mystère de la mort et à gagner tous les avantages de la vie et de la mort. c’est le but ultime des cappadociens : un être immortel qui n’a plus besoin de s’abreuver de sang pour survivre, qui devient maître de sa bête, qui garde tous ses pouvoirs vampiriques tout en arpentant le pavé des cités de jour. La damnation s’efface donc et devient une bénédiction.

Ton personnage suit pour cela la voie des cieux. A savoir qu’il existe deux voies chez les cappadociens : la voie des cieux (la non-existence est un repentir et il convient de se faire pardonner par dieu pour aspirer à la paix de l’âme), et la voie des ossements (le but ultime est de parvenir au dernier stade de la mort, pour cela toutes les expériences, toutes les pratiques et toutes les horreurs sont permises).

De ce que je comprend, tu tendrais vers la voie des cieux. Confirme-moi ce choix dans ton prochain post. En attendant voici une description de ce qu’est cette voie :

La Voie des Cieux

Si Dieu a donné sa malédiction à Caïn, c'était pour le mettre à l'épreuve, et ses descendants ont donc hérité de cette charge. Tout cela fait partie de
la volonté et des plans de Dieu, et les adeptes de la Via Caeli cherchent à comprendre quels buts se cachent derrière tout cela. Ils acceptent cette épreuve
dans l'espoir qu'une rédemption est toujours possible.

Mais si la direction générale est commune à tous les adeptes, nombreux sont les courants qui se sont formés, dérivant parfois vers les hérésies ou les sectes.
Pour tous, la Bête est l'instrument de Satan pour attirer les vampires vers le péché, et il est donc nécessaire de rejetter les disciples du démon, les
fidèles de la Voie du Péché, et tous ceux qui pourraient les faire tomber en les exposant à la tentation. Beaucoup restent fidèles aux enseignements de
l'Eglise, et soutiennent son organisation mortelle, même si certains penchent plutôt vers des théories tenues pour hérétiques. Ils ont aussi leur équivalent
dans les mondes islamiques, juifs ou païens.

Beaucoup de Fidèles font voeu de charité et de pauvreté, cherchent le Pardon de Dieu, et ne se nourrissent que du sang de animaux. Toutefois, les adeptes
de la Branche du Châtiment pensent être les instruments de la justice divine, et pourchassent donc les pécheurs, les criminels et les corrompus.

Sobriquet
Fidèles
Initiation
Si beaucoup de Fidèles étaient déjà des croyants de leur vivant, certains se sont convertis suite à leur Etreinte, ayant une nouvelle vision de l'Humanité
grâce à leur nouvelle nature.
Organisation
L'organisation de la Voie ressemble à l'Eglise mortelle, mais comprend de nombreuses sectes. Les adeptes sont encadrés par des prêtres, et quelques Anciens
jouent un rôle proche de celui du Pape. Enfin, beaucoup de Fidèles choisissent une vie monacale, se retirent pour prier et vivent proches des monastères
mortels.
Branches
Branche du Châtiment : Etre le bras de la justice et de la vengeance divines.
Branche de la Divinité : Les vampires sont élus de Dieu, et doivent donc être vénérés comme tels.
Branche de la Pénitence : L'existence du vampire est une punition pour ses péchés.
Interprétation
Le Fidèle doit rejeter la Bête car elle la voix du Diable. Glorifier Dieu, accepter les épreuves qu'il impose, endurer les souffrances, voilà sans doute
le moyen de progresser vers la rédemption.

Note : la voie des cieux contient 3 branches : la branche du châtiment, la branche de la divinité, et la branche de la pénitence. Si tu choisit la voie des cieux, tu devras choisir l’une de ces 3 branches. Mentionne donc la branche choisie, c’est elle qui dictera les valeurs morales de ton personnage dans la prochaine chronique .




Où se situe ton domaine ? Tous les Caïnites veulent un domaine, un territoire propre, pour y établir leur refuge et chasser. Le personnage a-t-il un domaine ? Pourquoi, ou pourquoi non ? Est-il en fuite, parcourt-il la Terre, en quête d’un lieu où s’installer ?

Si le personnage a un domaine, vous devriez aider le joueur à décrire comment il l’a eu et lui donner des indications quant aux responsabilités qui vont de pair, de la présence à la cour aux intrus à chasser. Une scène dans laquelle le personnage accueille un visiteur ou éconduit un intrus peut donner une certaine importance au domaine.

Indications : les cappadociens choisissent des domaines et des refuges plutôt morbides : caveaux, cimetierres, cavernes reculées. Le domaine sert aux cappadociens à enfermer des cobayes, à poursuivre leurs expériences sans risque d’être dérangés, et à avoir à disposition toute la matière première nécessaire à leurs activités funèbres.


Qu’est-ce qui te motive ? C’est la question fondamentale. L’éternité est longue.... Comment le personnage prévoit-il d’occuper ses années l Sera-t-il consumé par une faim de pouvoir ou cherche-t-il le Golconde ? L’amour de Dieu ou de l’art le consume-t-il ou cherche-t-il à corrompre tout ce qu’il touche I

Une scène possible est celle dans laquelle le personnage réalise ou décide quel est le but de son existence. Il peut s’agir d’une chose aussi simple que d’entrer dans les ordres ou aussi complexe qu’un débat philosophique qui mène à l’instant de révélation qui décide de la destinée du personnage. La seule chose est d’en faire une scène puissante, dont le joueur se souviendra bien.

Indications : je pense que tu as tous les éléments pour répondre à cette question trop personnelle pour que je puisse te donner des indications. Fais-toi plaisir, donne libre cours à des parties de ton imaginaire encore inexplorées.

as-tu envie de percer le mystère des grandes pyramides égyptiennes ? as-tu envie d'envoyer un groupe d'éclaireurs par delà le voile de la mort ? autant de quêtes que tu peux accorder à ton personnage et qui seront prises en compte dans la chronique. si tu as des idées, n'hsite pas, exploite-les
avatar
Osiris

Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 12/04/2008

Feuille de personnage
Nom du personnage: Osiris
Race: Divine
Carrière actuelle: Maitre du jeu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Abelia

Message par Invité le Mar 22 Avr 2008 - 15:39

Un nouveau jour et une nouvelle nuit tombent sur les landes désertiques. Le lieu de notre action? Un cimetière tout simplement, qui n'était autre que le domaine de notre Demoiselle et celui du Seigneur et Maître des lieux: Aïssar. Nombreux sont ceux du clan à venir chercher ici conseil auprès de lui tant sa science est grande, mais pas assez toutefois pour percer les mystères de la Grande Faucheuse.

Sortant d'un caveau à l'intérieur duquel se trouvait quelques comparses, la Demoiselle s'avance au milieu des tombes pour faire quelques pas afin de s'aérer. L'un des membres s'était jeté sur le cadavre d'un humain afin de sucer le sang glacé, dépourvu de toutes saveurs. Elle avait horreur de ce genre de pratique mais ne pouvait intervenir si celà ne dérangeait guère Aïssar, car après tout personne d'autre que lui ne dirigeait ce domaine, il en était le Maître et elle ne pouvait interférer sur ses décisions.

Pour sa part, notre Belle préférait se répaitre du sang frais d'animaux (se refusant néanmoins à tuer ces derniers), bien qu'elle ait, il est vrai, succombé quelques fois au plaisir de mordre un humain. Toujours est-il que lorsqu'elle en arrivait à ce genre de pratique, elle choisissait pour proie des personnes malades, au seuil de la Mort, qu'elles semblaient attendre avec impatience. Ainsi mettait-elle fin à leurs souffrances le plus rapidement possible, se refusant à jouer avec eux comme un chat le ferrait avec une souris. Pour elle les Hommes constituaient un instrument utile, leur permettant de mener à bien ses recherches. Toutefois, elle ne les détestait pas, loin de là, puisqu'ils lui rappelaient sa vie passée.

C'est avec aisance, grâce et habileté que notre Ange noir se hisse sur le muret délimitant le cimetière, avant de s'y asseoir séant, retirant enfin son voile pour libérer sa chevelure de ce carcan qu'elle jugeait inutile. Mais elle respectait la religion, qu'elle soit mulsulmane, catholique ou autre, et donc elle en respectait les principes qui y étaient enseignés.

A ses heures perdues, Abelia était un véritable petit "Rat de Bibliothèque". C'est ainsi que la nommait son mentor ,avec une note d'affection dans la voix, lorsqu'il la surprennait dans sa bibliothèque personnelle, riche de milliers d'écrits. Vivante, elle avait toujours suivi l'enseignement de Dieu, à présent, elle s'empressait à améliorer ses connaissances sur le sujet, et elle en était arrivée à la conclusion que les religions vénéraient toutes une seule et une même Déité, jugeant de ce fait complétement stupides et inutiles les diverses croisades menées en Terre Sainte.

Au fond d'elle, elle cherchait tout simplement le pardon divin et elle avait donc choisi la Voie des Cieux, la branche du Châtiment, devenant le bras de la justice divine, vengeresse et purgatrice de tout péchés. Elle ne tuait que lorsque celà s'avérait nécessaire, sans utiliser ses "dons" vampiriques. Elle se souvenait encore du regard terrifié d'une petite fille quand un homme, trop imbibé d'alcool, avait cherché à abuser d'elle. Elle n'avait pu se résoudre à laisser l'individu commettre pareil méfait. C'est silencieusement qu'elle était alors sortie de l'ombre, et portant une main à la ceinture qui ceignait sa taille fine et gracile, elle en avait tiré un poignard qu'elle avait jeté sur l'individu, arme qui vint se figer dans la poitrine du Pécheur. Touché en plein coeur, l'homme n'avait survécu à ses blessures.

Elle n'avait guère ramené le cadavre pour l'étudier, il ne méritait pas celà. Aussi l'avait-elle laissé là sans s'abreuver du sang de la victime. A compter de ce jour, elle était régulièrement intervenue dans ce genre de situation...critique, agissant comme une simple humaine.

L'heure de la pause était terminée, poussant un léger soupir, l'Infante avait rajusté son voile et glissé en bas de son perchoir afin de regagner le caveau dans le but de poursuivre les expérimentations avec Aïssar.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

disciplines

Message par Osiris le Mer 23 Avr 2008 - 9:56

Bonjour abelia,

Tu as un talent certain pour l’écriture. Tes textes sont saisissants, ils baignent dans une ambiance pleine de mystères. Tu arrives bien à retranscrire cette atmosphère chargée en horreur et en questionnements métaphysiques.

Poursuivons…

Le prélude permet de définir les points essentiels de ton personnage : son clan, ses tendances morales, sa relation avec son père, les rapports qu’il a avec les mortels, comment il perçoit sa nature damnée, et de quelle manière il arpente les ruelles obscures de la ville (en l’occurrence de Damas).

J’ai ainsi de nombreuses données sur ton personnage abelia, mais il te reste à effectuer quelques choix.

le jeu de rôle vampire est constitué d'un ensemble de règles simples. le personnages dispose de traits physiques, sociaux et mentaux ainsi que de talents,
de compétences et de connaissances relatifs à sa vie mortelle.

depuis qu'elle est devenue vampire, abelia dispose en plus de disciplines qui lui confèrent de grands pouvoirs . nous allons commencer par ces disciplines. les
cappadociens disposent de 3 disciplines de clan. je t'envoie en MP les descriptions de ces disciplines afin qu'elles restent confidentielles.. les
voici :

-auspex
-endurance
-mortis

tu dois me dire dans quel ordre de priorité tu veux ces pouvoirs. le premier sera ton pouvoir le plus puissant, le troisième le moins puissant.
les vampires peuvent aussi avoir des atouts et des défauts qui leur donneront des avantages (ou des désavantages) certains.
ce système d'atouts et défauts encourage les joueurs à travailler le passé et la personnalité de leur vampire plus en profondeur, leur donnant des capacités
et inconvénients uniques.

les atouts et défauts peuvent être physiques, mentaux, sociaux ou surnaturels. dis-moi si tu désires que ton personnage en ait, si tu veux des atouts/handicaps
physiques, mentaux, sociaux ou surnaturels, combien tu en veux à peu près (mais ce nb peut changer), je te dirais par MP lesquels ont été sélectionnés
pour toi. tu ne choisit pas si ton personnage gagne un atout ou un défaut, cela est tiré aléatoirement dans une tabme.

en fonction de ces disciplines, de ces atouts et handicaps et de ton prélude, ta fiche de personnage sera presque complète.

bonne chance

osiris
avatar
Osiris

Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 12/04/2008

Feuille de personnage
Nom du personnage: Osiris
Race: Divine
Carrière actuelle: Maitre du jeu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Abelia

Message par Invité le Mer 23 Avr 2008 - 14:41

Comme convenu dans le mp je vais prendre

1.Mortis
2. Endurance.
3. Auspex

Pour les atouts/défauts je prendrais 2 surnaturels, 1 physique et 1 mental

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Abelia

Message par Osiris le Sam 26 Avr 2008 - 14:06

Abelia,



Voici enfin ta fiche de personnage au complet. Ce sont des données techniques, mais je pense que les intitulés sont compréhensibles (force, intelligence, animaux, etc)…



Je t’ai envoyé en mail la description de tes disciplines et de tes atouts et défauts. Je te recommande de les garder secrets, du moins tant que tu n’auras pas à les utiliser.



Je me tiens à ta disposition pour toute question.

Il est à noter que les scores indiqués vont entre 1 et 5 (1 étant un score très faible comme ta force, 5 étant une caractéristique très forte comme ton occultisme)

Lorsque tu tenteras une action, ce sera un regroupement d’un trait (physique, social ou ental) et d’une capacité (talent, compétence ou connaissance). Plus tu auras un score élevé dans ce regroupement de dés, et plus les résultats seront sensationnels.



Tu trouveras la description des talents, compétences et connaissances dans la rubrique « règles du jeu ». s’il y a quoi que ce soit (des points à modifier, des zones d’ombres, etc) n’hésite pas à menvoyer un mp.



Je te souhaite une bonne lecture.



Osiris









Nom : abelia

Clan : cappadocien (Qabilat al-Mawt)

Concept : nécromancienne

Chronique : le chant du désert



Génération : 9



Père : Aïssar (cappadocien de 8ème génération)


Traits

Physique




Force 1 Dextérité 3 Vigueur 2



Social

Charisme 1 Manipulation 4 Apparence 3

Mental

Perception 3 Intelligence 5 Astuce 2


Capacités



Talents




Vigilance 3

Athlétisme 3 (pour le lancer de couteau dans lequel tu sembles exceller)

Empathie 2

Expression 1


Compétences



Animaux 3

Survie 2


Connaissances



Érudition 3

Investigation 2

Droit 1

Linguistique 2

Médecine 2

Occulte 5 (mystères de la mort et astrologie)

Théologie 1


Disciplines

*mortis 5

*endurance 3

*animalisme 2

*auspex 1



Historiques

*Génération 3 (9ème génération après Caïn. Réserve de sang de 14, peut dépenser 2 points de sang par tour, niveau maximal de Trait : 5)



*Statut 1 (tu es un vampire nouveau-né exemplaire à Damas)

*Domaine 1 (le caveau familial avec ses souterrains et les environs d’un petit cimetière)

*Mentor 2 (ton père est un ancien respecté à Damas et il veille sur toi)

troupeau 2 (le cimetière est de temps en temps renouvelé en cadavres frais sur lesquels tu peux te nourrir et pratiquer tes expériences)



Vertus

*Conscience 4

*Maîtrise de soi 4

*Courage 3



Autres traits

*Voie des cieux : 6

*Volonté 6



atouts/défauts :

*médium

*contact glacé

*odeur de la tombe

*sensibilité céleste
avatar
Osiris

Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 12/04/2008

Feuille de personnage
Nom du personnage: Osiris
Race: Divine
Carrière actuelle: Maitre du jeu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Abelia

Message par Invité le Sam 26 Avr 2008 - 18:59

Merci Osiris!!

Je pense que j'ai bien cerné ma fiche perso, si j'ai des questions je n'hésiterais pas à te le faire savoir. J'attends la suite avec impatience!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

révélation

Message par Osiris le Lun 28 Avr 2008 - 10:00

La droite rue est l’artère centrale de Damas et aussi la plus grande, rivière qui charrie son flot de marchands, voyageurs et commerçants en tout genre. Tous les autres axes de communication de Damas exhibent un vernis romain ou byzantin, masquant le véritable fondement de la cité : les vestiges hélénistes, issus de la plus lointaine civilisation grecque.
Damas est riche de sons et de parfums, qui semblent se concentrer sur la Droite Rue pour se faire emporter dans toute la ville. Près de la Bab Sharqi (porte est), où les quartiers juif et chrétien se font face, la Droite Rue se rétrécit pour ne plus mesurer que de 3 à 6 mètres de large, surplombée par des arches en pointe et des toits de chaume. À l’ouest des parties chrétienne et juive, l’avenue s’élargit pour accueillir un trafic plus important et devient beaucoup plus musulmane. Les hautes arcades de pierre abritent les échoppes et les étals des marchands itinérants. En quelques pas, on peut passer de la boutique d’un vendeur de textile à celle d’un marchand d’épices ou d’esclaves. Les colonnes romaines détruites sont le long du chemin, parfois dissimulées par un arbre ou une arche, servent de chaire aux vendeurs qui haranguent les clients potentiels. Au-delà des arcades couvertes, se trouvent les portes donnant sur de minuscules boutiques.

La nuit, les boutiques sont fermées, mais les arcades offrent encore une certaine animation. La plupart des gens se réunissent autour des marchands de café pour boire et discuter d’affaires ou des événements de la journée. Les Arabes adorent discuter et émettre des conjectures sur tout et rien et on peut souvent les voir entraînés dans des discussions animées et amicales sur la loi ou la religion. Les hommes des arcades, qu’ils soient sages ou non, sont bien informés.

C’est non loin de ces arcades animées et de ces commerces fermés la nuit que se tient un vieux cimetière, si ancien que la faune locale en a même oublié le nom. Certains disent qu’il serait aussi ancien que les fondations même de Damas. A l’époque de la colonisation chrétienne, ce cimetière a été entouré de haute murailles de pierres qui ont été recouvertes de lierres avec le temps. Comme pour dissimuler les sépultures et les caveaux aux yeux des vivants, ce cimetière garde, de nos nuits, le caveau de l’une des coteries les plus macabres que la cité n’ait jamais abritée…
avatar
Osiris

Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 12/04/2008

Feuille de personnage
Nom du personnage: Osiris
Race: Divine
Carrière actuelle: Maitre du jeu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Abelia

Message par Invité le Mar 29 Avr 2008 - 13:46

La nuit venait d'étendre son voile, les étoiles scintillaient dans le ciel, telles des diamants. Damas n'était qu'à moitié endormie, une certaine activité reignait encore dans les rues marchandes, cafés et auberges encore peuplés d'individus de tout genre.

A travers ces rues, déambulait une silhouette revêtue d'une longue robe sombre, un voile recouvrant son chef. Elle avançait avec calme, dardant ses prunelles de jade droit devant elle, avançant avec grâce dans ce dédale. Les gens la regardaient passer mais n'oser s'approcher d'elle, comme si quelque chose les en empêchait. Les plus téméraires ou les plus fous voire inconscients, tout dépend du point de vue où l'on se place, la prennaient pour ce qu'elle n'était pas, espérant qu'elle leur accorderait quelques faveurs...Mais elle les ignorait avec superbe, poursuivant sa route sans leur accorder le moindre regard.

Ce soir, personne ne se mettait en travers de son chemin,elle désirait tout simplement être tranquille, avoir une nuit rien que pour elle, aillaurs que dans le caveau à faire quelques expériences sur les cadavres. veillant à ce que personne ne la surprenne, voilà la Douce qui grimpe avec une habilité inhumaine le mur d'une maison, sans faire le moindre bruit, se juchant sur le toit sur lequel elle prend place tout en retirant son voile, observant le jardin en contre bas. Bien que le désir la tarude de descendre, sa raison l'emporte. Elle ne désirait nullement descendre pour se promener sachant pertinamment ce qui risquait de se produire, si elle approchait de trop près les plantes et diverses fleurs qui faisaient de ce lieu un des plus merveilleux et des plus enchanteurs de la ville. Non, elle était aussi bien ici à s'ennivrer des merveilleuses odeurs que la brise nocturne apportait à ses narines.

Souriant doucement, elle extirpe de sous sa robe un parchemin qu'elle avait emprunté à Aïssar, reprennant sa lecture là où elle en était restée, le tout assise en tailleur.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

révélation

Message par Osiris le Mer 30 Avr 2008 - 10:26

C’est sous la douce paleur du croissant lunaire qu’abelia lisait les lignes du parchemin qu’elle tenait entre ses mains . assise en tailleur sur son muret, l’écho des voix portant au loin et la fraîcheur de la nuit lui caressant le visage, abelia sentait la résonnance des vivants la pénétrer dans sa chair morte.
Elle était cependant bien absorbée par sa lecture : il s’agissait du résultat d’une expérience d’Aïssar sur l’embaumement d’un corps frais. Si tu saisit bien la portée d’une telle expérience, il est possible grâce à des mélanges alchimiques de certaines substances neutres et de solutions conservatrice de garder un cadavre éternellement frais. Pour quelles raisons Aïssar se livrait-il à de telles pratiques ? pour l’instant la question reste entière.

Obligée d’intensifier ses sens pour pouvoir lire les minces caractères tracés à l’encre fine, abélia ne prêtes pas attention à tout ce qui l’entoure. Du moins pas dans les premiers temps. Et c’est lorsqu’elle entend des bruits de pas s’approcher d’elle qu’elle sursaute.

Les échos lointains des discussions animées continuent à résonner dans l’air ambiant aux parfums de cyprès. Mais étrangement, au milieu de la ruelle que tu viens d’emprunter, près des rateliers encombrés et des parvis fleuris, tu vois… deux pieds. Deux pieds nus sans jambes ni corps. Tu es certaine qu’ils n’étaient pas ici lorsque tu es arrivée, mais à présent ils sont là comme attendant quelque chose…
avatar
Osiris

Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 12/04/2008

Feuille de personnage
Nom du personnage: Osiris
Race: Divine
Carrière actuelle: Maitre du jeu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Abelia

Message par Invité le Mer 30 Avr 2008 - 15:30

Toute à sa lecture, profitant pleinement de l'air Nocturne, la jeune fille ne s'était pas tout de suite aperçue de la présence des homoncules. Elle réfléchissait à ce qui avait pu amener son mentor, à faire pareilles recherches. La mort d'un proche peut être.

La voilà qui redresse la tête, portant une main dans ses cheveux puis sur sa nuque qu'elle masse doucement. Se levant, elle fixe son regard émeraude sur l'horizon, il lui restait deux-trois heures avant que l'Aurore ne pointe son nez. Elle baisse son regard et ce n'est qu'à cet instant seulement qu'elle remarquera les deux pieds qui se trouvent dans la ruelle qu'elle avait emprunté quelques heures plus tôt. La surprise se peint sur son visage avec que l'interrogation n'y prenne place, sous la forme d'un sourcil arqué. Il semblerait que ceux-ci attendaient sur elle.

Avec cette habileté qui la caractérise, notre chercheuse gagne rapidement le sol, s'avançant vers les homoncules qui se mettent à piétiner à son approche, visiblement impatients.


"Allons-y je vous suis."


Edit Osiris


Les pieds marchent comme animés et la font revenir sur ses pas, dans le cimetière d’Aïssar, là où se trouve son refuge. Il arrive que son mentor utilise des homoncules pour le servir et guider certaines personnes.

En les suivant, elle traverse le cimetière dans des endroits qu'elle n’a jamais visité.

Elle marche à travers les dédales de broussailles, d’arbustes décharnés, de constructions funéraires et de pierres tombales.
Un vent fétide vient balayer l’air, remuant les branches d’un vieux saule et sa chevelure cuivrée.

Elle parvient enfin dans la partie la plus ancienne du cimetière, datant certainement de l’époque héléniste. Là les pieds se mettent à accélérer la cadence.Ils deviennent si rapides qu’il est difficile de les suivre, à tel point que la Belle se met à courir, longeant les haies desséchées, passant devant la statue représentant l’archange Gabriel, malversant les branches griffues d’un vieil arbre qui servait de reposoir à un hibou s’envolant sous la surprise, tournant au recoin d’un mausolée pour enfin voir ces pieds animés s’enfoncer dans le sol, empruntant un escalier dérobé dont elle ne soupçonnait même pas l’existence.

Après une pénible descente, à travers les paroies humides et grisâtres de ce qui semble avoir été un sanctuaire grec ou romain, la voilà qui s'engage dans un long corridor. En intensifiant ses sens, elle perçoit de nombreuses sépultures ouvertes à travers les parois murales. Ce lieu semble avoir été un charnier dans lequel de nombreux mortels auraient trouvé la mort suite à une persécution religieuse. Après avoir tourné de nombreuses fois dans les corridors à plafond bas de ce souterrain, elle perçoit enfin une lueur au bout d’un couloir.

Elle finit par retrouver Aïssar qui se tient là, debout, dans les vestiges d’un ancien caveau. Sur un autel dédié à des divinités issues d’une lointaine mythologie, il avait déposé des chandelles noires d’où brillent de minces flamèches bleutées. En regardant le mur oposé, elle ne peut retenir un élan de stupeur : là se tient un cercueil datant certainement du début de l'ère chrétienne. Il est ouvert et rempli d’un liquide permettant la conservation du corps d’une petite fille reposant à l’intérieur. Par un procédé miraculeux, le corps de cette frêle esquisse d’une pureté innocente semble dormir sous la lueur miroitante des chandelles. Mais sa pratique des embaumements mortuaires indique qu’elle est bel et bien morte.

Aïssar, lui, se tient devant cette macabre sépulture.


« Je ne peux me résoudre à la faire venir grossir nos rangs. Elle est si jeune… il est interdit de les étreindre à cet âge. Ce serait pire que de la perdre. »


Puis se tournant vers son infante, il dit :


« Abelia, je te présente Myriam, ma fille .


Réponse Abelia


Jusqu'à présent restée sur le seuil, le regard de la jeune fille n'avait cessé d'aller du cercueil à Aïssar et vice versa. Avec un doux soupir, elle pénétrera dans ce qui semble être le lieu de recueil de son maître, alors qu'elle comprennait à présent sur qui celui ci avait pratiqué son expérience avant de la retranscrire sur le parchemin qu'elle venait de lire. Le sortant de sous sa robe, elle le tendra à son mentor.


"Je comprends mieux ces écrits alors. Tu ne peux l'Etreindre en effet, et je compatis pleinement à la douleur qui est tienne. Aïssar, as tu perdu ta fille lorsque tu étais encore "vivant"? Est-ce pour la retrouver que tu es devenu ce que tu es, afin de percer les mystères de la Mort?"


Pleine de sympathie la jeune fille vient envelopper de ses bras le corps de son compagnon, pressant sa tête contre l'épaule de ce dernier. Elle n'aimait pas le voir souffrir de la sorte, d'ailleurs c'était bien la première fois qu'elle le voyait aussi affligé. Elle l'avait toujours vu si sûr de lui-même, qu'elle le croyait sans la moindre faille, et soudain, il lui paraissait complétement vulnérable, tel un enfant. La voilà qui le presse un peu plus contre elle même, comme pour lui transmettre un peu de sa force, lui faire oublier l'espace de quelques instants cette cicatrice qu'il ne peut refermer, tout en lui disant:


"Aïssar, je te promets qui nous parviendront à découvrir ce mystère et que tu pourras retrouver ta petite fille, je t'en donne ma parole"


Relevant le visage vers celui de son maître, la jeune fille viendra poser avec délicatesse sa main si fine sur la joue de ce dernier, le forçant à croiser son regard emprunt de sincérité, tout en lui adressant un sourire bienveillant.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

révélation

Message par Osiris le Jeu 1 Mai 2008 - 3:20

Aïssar se laisse aller au jeu d’affection dans lequel tu l’enlace. L’entourant de tes bras osseux, tu lui donne tout ce dont un père pourrait obtenir de sa fille : réconfort, tendresse, compassion. Ton étreinte et tes baisers auraient pu lui arracher un mince sourire dans d’autres circonstances, mais à présent il reste insensible.

« oui, te voici devant ma fille. la fille que j’ai engendré de mon vivant. Elle est née 6 ans avant que dieu ne me bannissent du royaume des mortels. Sa mère est morte en couche voici plus de 800 ans. Myriam, elle, a eut plus de chance, du moins au début. A 6 ans une maladie bulbonique l’a emportée. C’est à ce moment que de guérisseur-chirurgien j’ai commencé à lire des ouvrages ésotériques sur l’au-delà, sur la vie après la mort. Il était rare à cette époque de trouver les ouvrages traitants de ce sujet, mis à part dans les cultes secrets ou auprès de sages érudits.

Je souhaitais plus que tout ramener ma myriam à la vie. J’ai trouvé honteux qu’elle me soit enlevée alors que sa mère est morte pour elle. Dans les premiers temps, je parvenais à stabiliser la décomposition de son corps grâce à des techniques utilisés par les embaumeurs de l’empire du Nil. Mais cette stagnation n’était que temporaire, je ne pouvais me résoudre à la faire momifier afin de la conserver à tout jamais. Je me mis à fréquenter des cercles fermés d’érudits et parvint à attirer l’attention d’un non-mort. Il m’accorda le don ténébreux et je pus depuis me consacrer entièrement à mes recherches.

Actuellement, j’utilise une concoction dont se servait le peuple d’israël lorsqu’ils étaient les esclaves des pharaons. Certains écrits hébraïques stipulent qu’une secte kabalistique maintenait les cadavres de leurs plus grands maîtres en sursis afin de pouvoir les ramener à la vie lorsque leur peuple serait libéré. Ils avaient apparemment réussit à dérober ce secret en perçant le mystère des hiéroglyphes de la pyramide du troisième pharaon. Les grecs nommaient ce pharaon « mikerinos ».

Les légendes de l’époque rapportent que mikerinos avait eu plusieurs femmes. L’une d’entre elles, une beauté que les grecs surnommaient Cassiopë, ou vierpala chez les érudits de l’inde, prétendait avoir découvert le secret de l’immortalité. Elle prétendait même, d’après les archives que j’ai pu consulter dans la grande bibliothèque d’alexandrie, pouvoir ramener le corps et l’âme d’un mortel à la vie. Malheureusement, Je n’ai pu consulter les nombreux rouleaux de papyrus qu’elle avait écrit à ce sujets. Ces rouleaux étaient réservés à une élite dont je ne faisais pas parti. A présent que cette prestigieuse bibliothèque est détruite, ces secrets sont perdus à tout jamais.

Quoiqu’il en soit, elle semblait s’adonner à des rites secrets insufflés par le dieu osiris lui-même. L’histoire rapporte qu’elle sombra au final dans une folie qui la perdit. Elle dériva tant qu’elle se mit à adorer des divinités inférieures : certaines faisant parties du panthéon égyptien, d’autres étant tout simplement démoniaques . Mikerinos dû l’enfermer puis la faire assassiner afin que sa folie ne s’empare pas de son peuple. Il cacha la dépouille dans la pyramide consacrée à Cassiopë. Pour éviter que des pilleurs de tombe ne retrouvent son corps au risque de la voir revenir, il la scella définitivement et implora le dieu osiris, le dieu du royaume des morts, de veiller sur son repos éternel . Le récit de Cassiopë s’arrête ici. Je ne connais pas son nom égyptien. Je sais simplement qu’elle gît à présent dans l’une des nombreuses pyramides qui jouxtent la grande pyramide de mikerinos. Mais il me reste une énigme à résoudre…

Oui, des récits d’architectures que j’ai pu lire de cette époque, le tombeau de Cassiopë comporterait 7 triangles : trois dressés vers le ciel, un servant de fondation à tout l’édifice et trois autres servants de repère souterrain dans le sol. Hors, il est fait aussi mention des 7 murailles triangulaires qui la protègerait : trois donnant dans le royaume de rë, une étant la muraille intermédiaire entre le royaume des vivants et celui des morts, et trois autres exposés aux ombres du royaume d’osiris. Le problème est que ces ouvrages , par un savant calcul, exposent une double pyramide disposant seulement de 6 arêtes pour 7 triangles. En effet, une pyramide étant constituée de 6 arêtes formant 4 triangles, comment le même nombre d’arêtes pourraient former une double pyramide ?

J’ai beau avoir passé de nombreuses années, voire de nombreux siècles, à user de mes dons en géométrie, je ne suis jamais parvenu à résoudre ce problème. Il est en effet impossible de former une structure symétrique parfaite de 7 triangles avec 3 arêtes Pour les murailles, 1 pour la base et trois arrêtes pour les fondations. Il manque toujours 3 arrêtes pour composer l’accès au royaume d’osiris. «



Comme en proie au désespoir, Aïssar s’assied sur un fauteuil noir aux accoudoirs en os d’avants-bras humains. Il se prend la tête entre ses main et reste dans cette position.




« comprends-tu abelia ? il me reste une seule énigme à résoudre : comment construire deux pyramides reliées à la même base avec seulement 4 triangles ? »

assis sur son fauteuil morbide, te tenant à ses côtés pour le consoler, tu vois passer les deux pieds animés courir derrière un rat qui fuit à travers les galeries obscures de la crypte.
avatar
Osiris

Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 12/04/2008

Feuille de personnage
Nom du personnage: Osiris
Race: Divine
Carrière actuelle: Maitre du jeu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Abelia

Message par Invité le Ven 2 Mai 2008 - 11:57

Plusieurs jours s'étaient écoulés deopuis ce triste épisode où Aîssar avait écarté un voile sur sa vie antérieure, et où Abelia lui avait promis de faire son possible pour l'aider à ramener sa petite fille tant aimée à la vie. Depuis, chaques nuits, on pouvait voir la Demoiselle, abandonner ses expériences sur les cadavres au profit de recherches relatives au mystère des pyramides et du tombeau de Cassiopé. Elle hantait à nouveau la bibliothèque du Maître, scrutant les rouleaux de parchemins, griffonnant des notes sur plusieurs rouleaux avant de les jeter, les résultats obetnus, ne menant à rien.

Soupirant de désespoir, voilà la Douce qui se lève et harpente la pièce, son index reposant sur ses lèvres qu'elle tapote, repensant à l'enigme que lui a posé AÏssar. Sept pyramides, dont trois dressées vers le ciel. Le plateau de Gizeh offrait trois pyramides de grands pharaons, Khéops, Khephren et Mikerinos. C'est ici qu'il fallait chercher. Arrivée à cette conclusion, elle se laisse glisser dans son fauteuil, ses jambes reposant sur un accoudoir, sa tête contre le dossier.

C'est à cet instant qu'Aïssar pénètre dans la pièce, posant un regard amusé sur son Infante qui s'offrait quelques instants de repos. Sentant la présnece de son mentor, Abelia abandonne sa position non chalante pour se relever tout en adressant un sourire à ce dernier qui vient la rejoindre en quelques enjambées.


"Avances tu dans tes recherches ma Douce?"


Le sourire s'efface instantanément du visage de la jeune fille pour laisser place à une moue dubitative
.

"Malheureusement non Aïssar, mais j'ai bien une idée concernant les trois pyramides dressées vers le ciel. On trouve sur le plateau de Gizeh, trois pyramides dont celle de Mikerinos. Les deux autres sont Khéops et Khephren. C'est ici qu'il faut commencer les recherches. Il faudrait mener une expédition je pense. Qu'en dis tu?"


Pendant que la jeune femme lui expliquait son point de vue, Aïssar avait prit place dans le fauteuil qu'elle avait abandonné lorsqu'il était entré. Il appréciait que son élève se donne tant de mal pour l'aider à ramener sa petite Myriam à la vie. Il se souvient encore du regard plein de compassion qu'elle lui avait lancé lorsqu'elle avait découvert l'existence de cette dernière, de la rapidité avec laquelle elle lui avait offert son aide.


"Il y a déjà eu une expédition il y a dix de celà, mais aucuns des hommes n'est revenu. J'avais conclu un accord avec le sultan de Damas, Darshuf, qui m'avait conseillé le chef de sa garde personnelle, Abdel Malek, pour la mener. Nous avions convenu qu'il garderait tout ce qui matériel, quant à moi j'aurais du posséder les copies des hiéroglyphes ornant les tombeaux. Sans nouvelles des membres de l'expédition, le sultan se méfie de moi depuis lors."


Pendant la tirade de son maître la Demoiselle était restée debout face à lui, complétement silencieuse. D'un geste de la main celui ci l'invite à prendre place à ses pieds. Attrappant un coussin, elle se met assise comme il le lui a indiqué, levant son charmant minois vers le mentor.


"Abelia, il faut que je te dise quelque chose: dans peu de temps tu seras présentée au sultan de Damas. Lors de cet événement tu ne seras pas seule, tous les Infants seront présentés et ils quitteront leur statut pour devenir des "nouveaux nés". Se sera alors l'occasion pour moi de récupérer les copies des scriptes si tu parviens à entrer dans les bonnes de Darshuf et de celles de sa Cour."


Comprennant l'enjeu de cette présentation, Abelia acquiesse, indiquant ainsi à Aïssar, qu'elle a parfaitement compris ce qu'il attend d'elle. Ses iris émeraudes dardées dans celles de son interlocuteur, semblaient promettre à celui ci qu'elle ferait son possible pour y parvenir.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

une voix dans la nuit

Message par Osiris le Lun 5 Mai 2008 - 0:08

Une nuit alors que la lune reflète le renouveau de son cycle perpétuel, une troupe de cavaliers s’arrête devant les grilles désaxées du cimetière d’ Aïssar. Alors que tu étudies silencieusement les épais ouvrages de ton père sur l’égypte, griffonant à la hâte des notes sur certains passages clés, tu entends une voix murmurer dans ta tête :

« il est là … il vient te chercher… »

tu te lèves en regardant tout autour de toi qui aurait bien pu prononcer ces paroles, mais il n’y a personne. Tu es seule dans cette pièce scabreuse aux étagères croulants sous les tomes poussiéreux, à la table d’ébène recouverte de plumes et d’encriers, de parchemins épars et de composants morbides, aux diverses flasques contenants des bouts d’ossements humains et de petits rongeurs séchés, ainsi que de tapisseries murales ressemblants à s’y méprendre à des toiles d’araignées.
avatar
Osiris

Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 12/04/2008

Feuille de personnage
Nom du personnage: Osiris
Race: Divine
Carrière actuelle: Maitre du jeu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Abelia

Message par Invité le Lun 5 Mai 2008 - 14:52

" Il est là … il vient te chercher… "


Au son de cette voix venue de nulle part, l'Infante redresse la tête de ses notes, avant de se lever, posant son regard tout autour d'elle, pour en chercher l'origine, mais elle ne rencontre rien d'autre que les parchemins et diverses autres choses qui servent à ses expériences. Elle se lève, haussant légèrement les épaules, tout en se disant que son imagination lui jouait des tours et qu'il était temps pour elle d'aller prendre l'air.

Une fois au dehors, elle n'effectuera que quelques pas avant de se retrouver encadrée par des hommes armés. Posant tour à tour son regard émeraude sur les différents protagonistes, elle demande alors:


"Messieurs bonsoir, que puis-je pour vous?"


Un sourire amusé ourlait ses lèvres fines, une canine appuyant légèrement sur sa lèvre inférieure, alors qu'avec calme, elle croisait ses bras fins sous sa poitrine. Un homme qui semblait être le capitaine, s'avançait vers elle.


"Au nom de Darshuf, sultan de Damas, vous êtes priée de nous suivre afin de rencontrer notre Seigneur."


A peine aura-t-il prononcé ces mots que des pas provenant de la crypte se font entendre, Aïssar se glissant parmis le cercle pour venir se placer devant Abelia. Son regard était devenu plus sombre et il prit parole:


"Navré, mais Abelia n'ira nul part. La présentation aura lieu comme convenu et non pas avant."


A ces paroles un son d'outre tombe résonne dans le cimetières, des pierres tombales glissent à terre, le sol semble se mouvoir et tout à coup plusieurs cadavres prendront vie sous les yeux des gardes, derrière lesquels ils viennent se placer. Poussant des cris de terreur ceux-ci s'enfuient des lieux, aussi vite que leurs jambes le leur permettent.

Sans un mot Aïssar attrappe son Inafnte par la main la forçant à le suivre dans la crypte. Parvenus à la bibliothèque, il lâche la jeune fille et se tourne vers elle.


"Abelia, à partir de maintenant, et jusqu'à ta présentation, tu ne sortiras pas seule, est ce que tu as compris? J'ai encore des choses à t'apprendre et jusque là tu resteras auprès de moi pour que je te les inculque."


Conciliante la jeune fille acquiesse. Aïssar savait très bien qu'elle n'avait qu'une seule parole et qu'elle s'y tiendrait.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Abelia

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum