Le sombre moyen-âge et son histoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le sombre moyen-âge et son histoire

Message par Osiris le Sam 12 Avr 2008 - 23:51

Ainsi la ville s’accrut, en nombre et en force,

Prospère sous mon règne.

Je choisis les meilleurs de ce sang pour me servir,

Et les meilleurs de ceux-là pour étreindre la nuit.


- Les Fragments d’Erciyas IV (Enoch)

Un monde dans la pénombre

”Sombre Moyen Âge” est le terme qui décrit le mieux la scène de L’Âge des Ténèbres : Vampire. Au premier regard, ce sombre Moyen Âge diffère peu du nôtre. En fait, il s’agit du même, du moins en apparence. Les villageois s’occupent des terres, mènent une existence dure et courte, ne connaissant que le présent et la parole de Dieu. Les prêtres parlent de damnation et de salut, alors que les moines préservent les anciens savoirs dans des monastères humides. Sur tout le continent, des seigneurs féodaux, depuis les chevaliers jusqu’aux rois tyranniques, régnent sur tout et combattent au nom de Dieu en des terres éloignées. Cependant, sous la surface, l’Europe de cette période est un monde d’horreurs et de cauchemars où les vampires et les démons ne sont que trop réels.


Le sombre Moyen Âge puise donc dans l’histoire et dans l’horreur.

C’est une époque maudite où les prêtres avertissent que les signes de
l’Apocalypse se trouvent partout et que les démons tentent les pieux et les
saints. Les villages et hameaux sont totalement isolés, entourés de forêts
profondes résonnant des hurlements effrayants d’hommes-bêtes et des
incantations des sorcières pratiquant leurs arts maudits. Dans toute l’Europe, les villes fortifiées se multiplient, apportant une fausse promesse de sécurité et de liberté. En réalité, les rues mal pavées et les ruelles labyrinthiques sont des prisons dont même les morts ne parviennent pas à s’échapper.

Le sombre Moyen Âge est teinté d’isolement et de désolation. De longs kilomètres de terres sauvages séparent les villages des villes et cachent des choses bien pire que les monstres. Les forêts sont des étendues inquiétantes, protégées par les ombres en pleine journée et illuminées par le faible éclat de la lune la nuit. Le vent hurle dans les châteaux, sentinelles isolées dont les murs sont teintés de sang. La superstition et la peur font que les villageois et les nobles restent confinés chez eux, frissonnant auprès de faibles chandelles jusqu’au matin. Dans les universités et les monastères, les érudits et les scribes luttent pour percer ces ténèbres incertaines avec d’anciens textes et des vérités à demi oubliées. Les rois et comtes livrent une guerre désespérée pour éloigner les ténèbres, l’Église tente de faire partager la lumière du christianisme par le biais de croisades mal dirigées et les Caïnites régnent sur la nuit.

De jour

Pour les peuples d’Europe, nous sommes en 1230 Anno Domini et le 13ème siècle atteint son milieu. Même si l’époque est relativement calme parmi les dirigeants mortels, le 13ème siècle regorge pourtant de luttes et de soulèvements. Le siècle a débuté par la sanglante et ratée quatrième croisade (1202-1204), détournée par les vénitiens pour saccager et détruire Constantinople, la plus grande ville chrétienne. En Angleterre, le roi Jean sans Terre (1199-1216) signe la Magna Carta peu avant sa mort, établissant les devoirs et responsabilités du roi envers ses sujets. Son héritier Henri in (1216-1272) voit son pouvoir défié tout au long de son règne difficile par les puissants barons anglais, faisant de lui un roi faible et retenant son attention loin de la France. Profitant de cet avantage, Philippe II Auguste de France (1180-1223) reprend une grande partie des territoires détenus par la couronne anglaise en France. Il va jusqu’à faire de la France l’une des premières puissances du 13ème siècle, après la bataille de Bouvines en 1214- Vers l’Est, dans les Flandres et en Allemagne, Frederik II (1212-1250) unifie les nobles du Saint Empire Romain Germanique, les derniers vestiges de l’empire romain, mais s’implique dans les conflits et intrigues de la controverse de l’investiture, montant l’empereur contre le pape. Dans l’aride péninsule ibérique, les royaumes de Castille et d’Aragon sapent l’emprise maure sur al-Andalus. Majorque tombe en
1229, Cordoue en 1236 et Seville en 1248, faisant de Grenade la seule ville maure jusqu’en 1492. Entre-temps, elle demeure l’une des villes les plus erudites d’Europe, centre de savoir et d’études, entourée et assiégée par ceux qui jalousent ses richesses et trésors.

Ce siècle est également celui de l’hérésie et il voit la naissance de l’Inquisition papale. Même si la plupart des plus effarants excès et les chasses aux sorcières n’auront lieu que dans plusieurs siècles, l’Église se prépare à traiter avec ses ennemis, tant mortels que surnaturels. Les

Albigeois du sud de la France, qui pensent que le monde est mauvais et prêchent une vie de pauvreté deviennent les victimes de la première croisade menée en terre chrétienne. Peu après, les Chevaliers Teutoniques marchent en Pologne, Hongrie et jusqu’en Russie sous leur bannière à la croix noire, combattant les païens et autres infidèles au nom de Dieu. En Terre Sainte, ce siècle voit quatre croisades différentes en divers points de la Méditerranée. Le plus souvent, les forces chrétiennes subissent les revers familiers des siècles précédents, mais cela n’empêche pas les papes d’appeler à des efforts renouvelés.

C’est également la période où l’Orient chevauche vers l’Occident. Le grand Gengis Khan meurt en 1227, mais ses successeurs entrent en Europe. Ils prennent la Perse en 1231, le sud de la Russie cinq ans plus tard et vont jusqu’en Pologne et en Hongrie en 1241 Cependant, les khans et leurs cavaliers ne sont pas les seuls voyageurs. En 1271, l’explorateur Marco Polo part pour l’Orient mystérieux, vers des terres qu’aucun autre étranger ne verra au cours des cinq siècles suivants. Lorsqu’il revient, l’Europe a changé à jamais.

Cependant, il s’agit là de l’histoire telle qu’elle est racontée dans les livres.


HISTOIRE ET FANTASTIQUE

se déroulant en 1230 ap J.C., L’Âge des Ténèbres : Vampire est un jeu historique, tirant une bonne partie de son énergie dramatique et de son ambiance des événements réels : la croisade albigeoise, les conflits de l’empereur Frederik II et le conflit Guelfes-Gibelins en Italie, pour en nommer certains. Cependant, les racines du jeu plongent bien plus loin, dans le chaos qui se propage après la chute de Rome, lorsque cet empire puissant a éclaté et s’est divisé en de nombreux petits royaumes, qui composent l’Europe du 13ème siècle. Historiquement, ”l’Âge des Ténèbres” correspond à de courts siècles, entre la chute de Rome et l’avènement de l’empereur Charlemagne au 9ème siècle. Cependant, ce terme reflète l’atmosphère résultant de la combinaison d’histoire et d’horreur recherchée dans L’Âge des Ténèbres : Vampire, d’où notre utilisation anachronique.

Même basé sur les faits et l’histoire, le cœur de L’Âge des Ténèbres : Vampire repose sur les espaces entre les lignes des livres d’histoire. Même si la vie des rois, des papes et des monarques est bien documentée, nous ne connaissons avec certitude rien d’autre que leurs châteaux et leurs villes. Les nuits médiévales sont inconnues et floues et les éléments fantastiques de L’Âge des Ténèbres : Vampire naissent de cette incertitude. Il ne s’agit pas des légendes que sont les elfes, les dragons et les sorciers. Il s’agit des merveilles d’un monde non cartographie, teintées par la peur de l’inconnu. C’est une époque de terreur et de courage, de maux indicibles et d’opportunités illimitées.



La superstition règne sur les nuits médiévales, tout autant que les monarques et les papes. C’est une époque où la religion et la foi fournissent espoir et salut, mais prêche aussi que le Diable et ses suppôts attendent dans la nuit. Pour la population d’Europe, ce n’est pas un dogme mais une réalité. Les gens savent que les noires forêts cachent autre chose que des ombres et ils pensent, tout comme ils croient en Dieu, que les spectres, les démons et les vampires existent. À cette époque, les fermiers vont à la messe, priant pour le pardon et le salut puis se rassemblent dans des champs pour payer tribut aux anciens dieux et les apaiser. Ce n’est pas qu’ils manquent de foi, mais bien qu’ils croient absolument et complètement. Ils croient que les sorciers maléfiques peuvent diriger les esprits des morts, les appelant dans leur lieu de repos pour tourmenter les vivants. Lorsqu’ils reviennent de leur pèlerinage, les gens du peuple comme les nobles ont vu d’étranges glyphes gravés sur des pierres et entendu une musique éthérée à la pleine lune. Ils savent que le Diable attend pour tenter les fidèles par le péché, les condamnant à une éternité de tourments charnels et de douleur.


Les damnés

Les nuits du monde du Moyen Âge appartiennent aux créatures connues et craintes sous le nom de vampires. Ces créatures se désignent elles-mêmes sous le nom de Caïnites parce qu’elles font remonter leurs origines à Caïn, premier fils d’Adam et Eve et meurtrier de son frère Abel. Cette époque est leur empire d’ombre, où ils sont les seigneurs de la nuit et existent sans peur. Les Caïnites se dressent sur d’anciens parapets et jettent des ombres longues et effrayantes sur tout ce qu’ils surveillent. De Rome à Paris et au-delà, ils marchent dans les rues sombres comme des succubes séductrices, alors que des guerriers vampiriques s’affrontent sur des landes silencieuses, réglant d’anciennes disputes dans le sang et les cendres. Alors que la plupart des mortels se terrent derrière des portes closes, les vampires tiennent des cours nocturnes et se livrent à des jeux d’intrigues macabres. Ils entrent et sortent des palais des rois et des reines, jouant avec les vies de mortels sans plus y réfléchir que lorsqu’ils jouent aux dés. Tous les vampires ne sont pourtant pas attirés comme des papillons vers la flamme des villes et des cours mortelles. Certains Caïnites, sauvages et mystiques, s’aventurent dans les étendues sauvages au-delà des murs. Là, ils se taillent leur propre empire, dirigeant des groupes de vampires inférieurs et d’humains apeurés. Dans un monde de superstition et de foi, les Caïnites sortent dans la nuit comme les quatre Cavaliers de l’Apocalypse, semant mort, guerres et misère derrière eux.

Les Enfants de Caïn portent de nombreux déguisements, de la couronne de monarque à la robe de prêtre, mais tous les vampires doivent faire face à la réalité qu’est leur monstruosité. Ce sont des créatures qui se drapent de la nuit et désirent le sang des mortels. Nul moyen d’échapper à cette malédiction. Tous sont des tueurs de sang-froid, des prédateurs sublimes qui se nourrissent des

vivants avec une intensité parasitaire qui les tient éloignés de la lumière de Dieu et de la compagnie des hommes. Les Caïnites sont des abominations, des cadavres animés seulement par une faim impitoyable qui finit par consumer tout ce en quoi ils croyaient, condamnant leur âme à jamais. Tous les Caïnites sont maudits et cela est leur héritage. Ils ne connaîtront jamais le salut de Dieu ni les tourments de l’Enfer. Certains sont bien contents d’en payer le prix, satisfaits des pouvoirs qu’ils obtiennent : les dons mystiques de la magie du sang, une force et des réflexes inhumains et par-dessus tout l’immortalité. Cependant, nombreux sont ceux qui se plaignent de leur transformation en vampires. De chagrin, certains vampires cherchent la rédemption dans l’espoir de reprendre ce qu’ils ont perdu : leur âme.
avatar
Osiris

Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 12/04/2008

Feuille de personnage
Nom du personnage: Osiris
Race: Divine
Carrière actuelle: Maitre du jeu

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum