L'héritage des vampires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'héritage des vampires

Message par Osiris le Sam 12 Avr 2008 - 23:47

Même s’ils ont été humains, les Caïnites sont maintenant des Damnés et des créatures oubliées de la nuit. Tous les Caïnites, des jeunes nouveau-nés aux plus vieux anciens, sont des créatures terrifiantes, puissantes, séduisantes et capricieuses de nature. Ils maîtrisent des pouvoirs formidables puisés dans leur sang maudit et

appelés Disciplines. Ces sombres dons ont inspiré les histoires de vampires aux sens surnaturels, à la capacité de se fondre dans les ombres ou de se transformer en chauvesouris ou en loup. Les Disciplines permettent également aux Caïnites de diriger les morts, d’invoquer de puissantes tempêtes ou de posséder les esprits des autres. Les vampires sont des créatures immortelles qui sont au-delà de la mort et capables d’ignorer presque toutes les blessures et maladies. Le sang et la force de leur volonté peuvent soigner n’importe quelle blessure à l’exception des décapitations en quelques secondes. Prédateurs létaux, les Caïnites sont plus forts et plus rapides que les humains. Ils peuvent escalader les murailles de châteaux à mains nues et désarçonner un chevalier en armure d’un seul coup.

Les Caïnites sont peut-être sublimes et puissants, mais ils ont des faiblesses. Celles-ci font autant partie de leur héritage que leur maîtrise du sang et leur immortalité.


Destruction d’un vampire
Même s’ils sont immortels, les vampires ne sont pas indestructibles. L’existence nocturne d’un vampire est fragile et exige une vigilance constante. La menace de la Mort Ultime hante tous les vampires, l’oubli étant à la fois effrayant et séduisant pour ceux qui sont fatigués de leur non-vie. La Mort Ultime se produit lorsqu’un vampire est détruit, que ce soit par décapitation, embrasement ou exposition au soleil. Ce qui se produit réellement lorsqu’un vampire trouve la Mort Ultime est sujet de débat parmi les érudits Caïnites. Certains prétendent que l’âme du vampire est libérée de la Malédiction de Caïn et est finalement accueillie par Dieu en Son royaume. D’autres affirment que seul l’Adversaire et l’Enfer attendent les Caïnites pour leur dernier sommeil.

Un Caïnite peut trouver la Mort Ultime de diverse manière, mais ce n’est jamais simple. La plupart des mythes sur la manière de détruire un vampire ne sont que des superstitions humaines et des légendes. Un pieu dans le cœur ne fait rien de plus que paralyser un vampire. L’utilité des crucifix, rosaires et autres symboles religieux est généralement déterminée par la foi de leur porteur. Ces objets, portés par un fidèle, peuvent repousser tout un groupe de vampires (ce qui explique que ces derniers font attention à ne pas attirer l’attention des dévots). Les blessures infligées par les autres vampires peuvent également s’avérer fatale de temps à autre. En grand nombre, même les blessures communes peuvent condamner un vampire à la Mort Ultime. Cependant, il est plus habituel que les Caïnites entrent en torpeur au lieu de trouver la Mort Ultime dans de telles circonstances.

La torpeur est un état semblable à un sommeil profond qui peut durer quelques nuits ou plusieurs siècles. En torpeur, le Caïnite est totalement sans défense, à peine conscient du monde qui l’entoure, comme s’il ne s’agissait que d’un rêve. Les anciens vampires sont censés pouvoir communiquer et utiliser leurs Disciplines durant leur torpeur, mais les vampires plus jeunes en sont incapables. Ils demeurent dans un coma profond jusqu’à ce que leur corps surnaturel guérisse. Certains Caïnites entrent en torpeur volontairement, généralement incités à cela par une profonde mélancolie. Effrayés par le futur, ces Caïnites se retirent dans des refuges isolés et rêvent des époques passées.


Tout comme l’homme a été fait à l’image de Dieu, tous les Caïnites sont maudits comme leur père l’a été. Les vampires appartiennent à une race isolée et chaque nuit leur héritage maudit et la condamnation de Caïn par Dieu leur sont rappelés. La Malédiction, la ”Mort éternelle” pour reprendre la terminologie des mystiques Caïnites, est ce qui sépare réellement les vampires de l’humanité et condamne leur âme. Elle condamne tous les Caïnites à l’immortalité, à craindre le feu et le soleil, ainsi qu’à la faim. Une fois Etreints dans une non-vie de ténèbres, il n’y a aucun répit possible. Les Caïnites ressentent leur malédiction chaque nuit.


L’immortalité, don inné de chaque Caïnite, est à la fois une malédiction et une bénédiction. Peu de Caïnites montrent un orgueil aveugle au point de se croire réellement immortels. La plupart préfèrent le terme de non.’ vivants. En tant que non-vivants, les vampires sont libérés des ravages du temps. Les Caïnites ne vieillissent pas comme les humains. Leurs membres ne deviennent pas flasques, leurs capacités mentales ne diminuent pas. Ils gardent leur apparence et ressemblent éternellement à ce qu’ils étaient la nuit où ils sont devenus des vampires, leur beauté ou leur laideur préservée pour l’éternité. L’immortalité à d’autres avantages. Les Caïnites sont immunisés contre presque toutes les maladies, même s’ils peuvent facilement les contracter, les propageant en se déplaçant d’une ville à l’autre et en se nourrissant des inconscients. Leur corps étant mort, les Caïnites ne ressentent pas la douleur comme les mortels et peuvent utiliser leur sang maudit pour guérir les blessures qui feraient tomber le plus robuste des chevaliers.

L’immortalité est également une malédiction, et tous les Caïnites connaissent l’ennui mélancolique engendré par l’éternité. L’immortalité place peut-être les vampires loin de l’emprise de la mort, mais l’abysse de l’éternité est bien plus terrifiant que l’oubli de la mort. Les millénaires s’étendent devant tous les vampires comme une vaste mer noire minimisant même le plus puissant des enfants de Caïn. Avec le temps, tous les Damnés réalisent que rien ne dure éternellement. Les lieux de leur naissance mortelle tombent en poussières ou en ruines. Les êtres aimés vieillissent et meurent. Les Caïnites eux-mêmes ne sont plus que des reliques d’une époque depuis longtemps passée. Les Enfants de Caïn sont les maîtres de la nuit parce qu’elle est aussi éternelle qu’eux. Mais l’apocalypse Caïnite, appelée Géhenne, s’approche un peu plus chaque nuit. Même si le jugement dernier de Caïn n’aura pas lieu avant plusieurs siècles, même des millénaires, l’immortalité fait en sorte que la plupart de ses enfants seront encore là à son retour. C’est une menace constante

au-dessus de chaque vampire, qui leur rappelle que peu importe le nombre de siècles passés, ils seront jugés pour leurs péchés.


Le feu et la lumière
Les Caïnites sont condamnés à craindre le feu et la lumière du soleil, tous deux étant des symboles de la providence de Dieu et les droits inaliénables des enfants de Seth. Le feu et le soleil peuvent condamner le plus ancien des vampires à la Mort Ultime, réduisant des corps sans âge en des cendres fumantes en l’espace d’un instant. La moindre exposition au feu (comme à la flamme d’une bougie) ou au plus petit rayon de soleil est terriblement douloureuse pour les Caïnites, insoutenable jusqu’à l’agome. Contrairement aux blessures normales, les Caïnites sont incapables de guérir les blessures provoquées par le feu ou le soleil. Ceux qui sont assez malchanceux pour se retrouver dehors à l’aube, ou sur le bûcher d’une chasse aux sorcières quelconque, ne peuvent qu’espérer que leur destruction soit rapide. Cependant, ce n’est pas simplement parce que le feu ou le soleil sont les anathèmes du vampire. Leur prudence face à ces fléaux cède rapidement la place à la terreur et à la rage. Comme toutes les créatures de la nuit, les vampires craignent la lumière. Même le plus calme et réservé des Caïnites peut entrer dans un accès de panique en voyant un rayon de soleil ou les flammes incontrôlables d’un feu.

Mais la peur n’est pas tout. Le désir de vivre la journée tourmente tous les Caïnites, peu importe qu’il soit enterré ou caché derrière un masque de haine. Bannis du monde ensoleillé, tous les vampires aimeraient se baigner une fois de plus dans la lumière solaire et se rappeler de cette sensation. Au moment où ils traversent le seuil de l’immortalité, les Caïnites sont à jamais hantés par la dernière fois où ils ont vu le soleil, symbole de leur malédiction et de ce qu’ils ont perdu en devenant des vampires.


La faim
Tous les Caïnites désirent le sang des vivants, et d’une manière fondamentale, c’est ce qui dirige leur existence impure. Cette faim est incessante dans ses exigences et vorace dans son appétit. Elle transforme même les plus pieux et les plus nobles en tueurs et les fous en monstres. Maintenir leur existence immortelle est la motivation première de tous les Caïnites. Ils peuvent maudire les choses impures qu’ils sont devenus, mais tous craignent la Mort Ultime, donc ils se nourrissent. Que les vampires drainent leurs victimes dans des orgies de sang ou boivent délicatement lors de rendez-vous amoureux, ils apportent toujours la mort à la fin. Les premières morts peuvent les choquer et les déranger, mais ils s’endurcissent avec le temps et prennent la vie sans y réfléchir.

Se nourrir est le besoin ultime pour les Caïnites, c’est un acte enivrant qui finit par remplacer le plaisir sexuel. C’est à la fois un acte physique et spirituel. Durant un bref moment, la victime et le vampire ne font qu’un. Le monde s’efface alors que le Caïnite se concentre sur le corps amolli de la victime et sur le sien, lourd du sang

drainé. En se nourrissant, le vampire vole, littéralement, la vie de sa victime. Nombreux sont ceux qui décrivent le son du cœur mourant de la victime comme le chant des sirènes, attirant le Caïnite de plus en plus profondément. C’est le seul moment où un vampire fait taire sa faim animale.

Les mystiques Caïnites prétendent que les plus anciens de leur race ont constaté qu’après des siècles, voire des millénaires, de non-vie, le sang humain ne les nourrit plus. Ils veulent alors le sang de leurs pairs. Selon la légende, les Antédiluviens ont engendré les clans pour avoir une source sûre de sang pour repaître leur appétit. Les jeunes se disent que cette légende est une invention des anciens, conçue pour les maintenir dans le rang, mais seuls les aïeuls connaissent la vérité.

Cette faim n’est pas une impulsion abstraite. C’est l’essence de la malédiction de Dieu distillée sous sa forme brute. C’est une tache qui pervertit et détruit tous les vampires, non seulement en les poussant à tuer pour préserver leur vie immortelle, mais parce qu’elle les possède entièrement. Elle corrompt leurs émotions et pensées, les attirant de plus en plus loin dans la damnation. Les Caïnites appellent Bête cette faim et ses instincts impérieux.


La bête
La Bête est tapie en chaque vampire. C’est un esprit qui les possède, se nourrit de sang et aime la cruauté et la violence. Capricieuse et malicieuse, elle condamne tous les vampires à perpétuité. Tant qu’elle grogne, peu importe la force ou la foi du Caïnite, la rédemption et le salut sont à jamais hors de sa portée. C’est la Bête qui pousse les Caïnites à devenir des monstres, à dévorer et détruire tout ce qu’ils touchent et aiment. Les plus pieux et religieux des enfants de Caïn pensent que la Bête n’est rien d’autre qu’un reflet du Péché originel hérité par Caïn de ses parents. Ayant sacrifié leur âme humaine pour devenir des vampires, les Caïnites ne peuvent plus réprimer ce besoin de péché. Ils sont donc condamnés à passer l’éternité captifs de leurs bas désirs et instincts.

Quelle que soit son origine, la Bête déforme l’identité du vampire, amplifiant les défauts mentaux que le Caïnite pouvait avoir de son vivant. Un père confond amour et obsession. Un prêtre devient pris par sa propre vertu, allant jusqu’à excuser ses péchés vampiriques en les faisant passer pour la volonté de Dieu. L’amour d’un chevalier pour sa dame se corrompt, engendrant haine et ressentiment. La Bête finit par rendre tous les vampires égoïstes. Leurs besoins, leurs péchés, leurs tourments, leur amour et haine prennent une importance singulière, plus importante que tout le reste. Elle crie du plus profond de l’âme, pleurant pour être relâchée. Les faibles se terrent et deviennent des monstres sauvages motivés par les désirs et besoins les plus vils - généralement la survie et la faim
- un état craint par tous les Caïnites parce qu’il signifie la fin de leur ancienne identité.

Ceux dont la volonté et la conviction sont fortes s’en sortent mieux, gardent leur monstre intérieur en cage, ne se nourrissant qu’en cas de nécessité et gardant leurs
émotions sous contrôle. Les Caïnites se tournent vers de noires croyances et philosophies appelées voies pour contrôler leur Bête et c’est ce que tous les Caïnites désirent : être libérés de cette faim et de ces désirs incessants et entendre le silence à nouveau. C’est pour cette raison que les Caïnites aiment le contrôle. Ils cherchent à contrôler leur environnement parce que la Bête est éternellement hors de leur influence. Les Caïnites dirigent peut-être des royaumes et des empires, mais chaque nuit, ils constatent qu’ils ne sont que des esclaves de leur Bête. Il s’agit là d’une lutte qu’aucun vampire ne gagnera jamais.


Pactiser avec le diable
Pour les Caïnites, la Bête est l’Enfer : une force qui les possède, condamne leur âme et les éloigne à jamais de la lumière. Il n’y a pas de moyen d’échapper aux murmures corrupteurs, qui cajolent et supplient le Caïnite de commettre des atrocités pour satisfaire sa faim égoïste. La Bête détruit la seule certitude des gens de l’époque : la promesse de salut. Sans salut, pas d’espoir et sans espoir, les Caïnites se retrouvent seuls dans un monde de ténèbres.

Peu importe que la Bête les condamne, elle demeure la source des pouvoirs d’un Caïnite. Même si ces désirs attirent le Caïnite dans les abysses, ce sont ces mêmes désirs et instincts qui lui permettent de vivre alors même que son corps est mort. Le sang que la Bête désire est celui qui nourrit le Caïnite, lui permet de connaître des sensations physiques et surtout, d’exister. Sans la faim incessante de la Bête, un Caïnite ne serait rien d’autre qu’un automate décérébré et pourrissant.

Réaliser qu’ils ne sont que des monstres, au-delà de tout salut et isolés est souvent ce qui fait basculer les Caïnites. Vaincus et perdus, ils succombent à la Bête et accueillent les ténèbres.

La Bête est bien nommée, car c’est l’esprit animal basé sur les désirs et les pulsions. La Bête n’est pas rationnelle, et c’est ce que craignent de nombreux Caïnites. Comme un animal, la Bête frappe de toute sa force et détruit toutes les pensées plus nobles, plongeant le vampire dans une rage de sang frénétique (déclenchée par la colère ou la faim) ou par une peur débilitante que les Caïnites nomment Rôtschreck (la ”peur rouge” due au feu ou au soleil).

Un vampire ayant cédé à la Bête est une chose terrifiante. Il ne connaît rien d’autre que la rage et attaque toute personne se trouvant sur son chemin comme un animal fou. Durant une bataille, un vampire frénétique est une vision inquiétante, mais celui qui laisse sa Bête bouillonner sous la surface est bien plus menaçant. La Bête peut être subtile et son ingéniosité malfaisante se révèle. Elle s’adonne à corrompre tout ce en quoi croit le Caïnite. Elle pousse le Caïnite à se méfier de ceux qui ne lui veulent aucun mal, emplissant sa tête de crainte paranoïaque, jusqu’à ce que le vampire ne fasse plus confiance à personne, pas même à lui-même. Elle murmure de fausses promesses de pouvoir au Caïnite, pouvoir qui ne servirait qu’à le damner.
avatar
Osiris

Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 12/04/2008

Feuille de personnage
Nom du personnage: Osiris
Race: Divine
Carrière actuelle: Maitre du jeu

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum